Imprimons en noir pour aider les chrétiens d'Irak…

Appel d'urgence pour les chrétiens d'Irak

Le pape François, homme de l'année !

Une parole vive, nourrie par l'Evangile et le travail pastoral.
L'évangélisation est un appel pour chaque chrétien et une joie pour tous !

Les chrétiens d'Orient comptent sur nous !

Collection Mectildiana

Mère Mectilde (Catherine de Bar), maître spirituel du XVIIe siècle.

En partenariat avec le diocèse de Lyon

Les chrétiens d'Orient comptent sur nous !

Jésus de Nazareth. De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection

Lire ou relire les ouvrages de Joseph Ratzinger - Benoît XVI.

Quand foi et raison éclairent les chemins du Dieu vivant.

Aidons les chrétiens persécutés.

Bibliothèque de la Revue Thomiste

L'homélie en 140 signes.

Par Andrea Riccardi et Marco Roncalli

Un autre regard sur le monde

Collection Sorgues - Studium Notre-Dame de Vie

Une collection unique unissant théologie et spiritualité.

Thierry-Dominique Humbrecht

Contempler et transmettre, selon la tradition des frères prêcheurs.

Accompagner la vie, toute la vie

Jacques Gauthier sera en France du 28 septembre au 10 octobre

Chemins vers le silence intérieur avec les maîtres de vie spirituelle

Collège des Bernardins. Quand les questions du monde rencontrent la sagesse chrétienne

Les chemins de la miséricorde

Collection Communio. Une voix dans le débat philosophique et théologique

Audience du Saint-Père

L'Académie catholique de France, une institution d'excellence

COLLECTION REPERAGE

Perspectives et Propositions

pour une société plus respectueuse de l'homme.
  • Imprimons en noir pour aider les chrétiens d'Irak…
  • Appel d'urgence pour les chrétiens d'Irak
  • Le pape François, homme de l'année !
  • Les chrétiens d'Orient comptent sur nous !
  • Collection Mectildiana
  • En partenariat avec le diocèse de Lyon
  • Les chrétiens d'Orient comptent sur nous !
  • Jésus de Nazareth. De l'entrée à Jérusalem à la Résurrection
  • Aidons les chrétiens persécutés.
  • Bibliothèque de la Revue Thomiste
  • L'homélie en 140 signes.
  • Par Andrea Riccardi et Marco Roncalli
  • Un autre regard sur le monde
  • Collection Sorgues - Studium Notre-Dame de Vie
  • Thierry-Dominique Humbrecht
  • Accompagner la vie, toute la vie
  • Jacques Gauthier sera en France du 28 septembre au    10 octobre
  • Chemins vers le silence intérieur avec les maîtres de vie spirituelle
  • Collège des Bernardins. Quand les questions du monde rencontrent la sagesse chrétienne
  • Les chemins de la miséricorde
  • Collection Communio. Une voix dans le débat philosophique et théologique
  • Audience du Saint-Père
  • L'Académie catholique de France, une institution d'excellence
  • COLLECTION REPERAGE
  • Perspectives et Propositions
  • Les assises du monde

    La notion d’autorité est devenue aujourd’hui un mystère qui semble de nature à éclairer les enjeux contemporains de la transmission, et, plus largement, du lien social lui-même. si Hannah Arendt a pu écrire que « l’autorité a disparu du monde moderne », c’est qu’aujourd’hui l’autorité a perdu l’évidence et la légitimité qui étaient les siennes. La notion génère le conflit. elle suscite les « pro » et les « anti ». Certains souhaiteraient un retour au monde d’« avant », plus rassurant, où les parents et les éducateurs savaient se faire obéir. d’autres défendent notre liberté chèrement gagnée sur les anciens pouvoirs.

    N’en restons pas cependant à cette chorégraphie conflictuelle sans intérêt autour de l’obéissance et de la liberté, et tentons d’examiner ce que cache le mystère. il est l’énigme d’un monde, pour partie disparu, qui consolidait ses « assises » à travers la force agissante de l’autorité. L’autorité serait alors le nom de ce qui tenait le monde… Le monde est-il alors aujourd’hui, justement, bien « tenu » ? L’a-t-il d’ailleurs jamais été ? Comment se noue alors le lien humain, et subsistent les institutions, quand chacun doit porter, d’une manière beaucoup plus solitaire, sa stratégie relationnelle et le sens de sa vie ?

  • Pour un engagement écologique : simplicité et justice

    Malgré une prise de conscience internationale des problèmes écologiques, les mesures qui impliqueraient en particulier de réduire une croissance dont on conçoit aisément qu’elle ne puisse être indéfinie sont difficiles à prendre et, quand elles sont annoncées, ne sont pas ou sont trop peu suivies d’effets. Et pourtant des choix urgents qu’il faudrait faire dépend l’avenir du monde que nous léguerons à nos enfants.
    Les chrétiens sont ici concernés à un double titre : comme citoyens du monde d’une part mais aussi comme ceux qui, dans la foi, considèrent qu’ils ont une responsabilité particulière face à la Création et qu’ils doivent contribuer à la justice et au partage. Notre propos est de permettre aux chrétiens et donc à l’Église, d’être porteurs d’une parole prophétique. Le prophète d’aujourd’hui, comme celui d’hier, est celui qui fait le lien entre les prévisions et les actions de l’homme, entre ce qu’il annonce et le comportement de ses contemporains. Il leur laisse l’entière liberté mais aussi l’entière responsabilité, de voir, de comprendre et de choisir d’agir ou de ne rien faire.

     

    Rémi DETERRE, Arnaud du CREST, Elisabeth  GUIST'HAU, Jean-Noël HALLET, Marie-Martine HALLET, Loïc LAINE, André-Hubert MESNARD, Yves TEXIER, Philippe VINCENT.

  • La Règle de saint Benoît

    Le texte qui est présenté ici ne se donne pas pour une traduction littérale de la Règle. La Règle de saint Benoît a été fréquemment et fort bien traduite. Il ne s’agissait donc pas de reprendre ce travail, mais de donner, dans la mesure du possible, une re-lecture de cette Règle pour notre temps. Et ceci non pas en supprimant ce qui relève de coutumes périmées, mais en s’attachant, par une certaine interprétation de quelques termes, à rendre l’essentiel de cette vie monastique que les moindres détails de la Règle nous révèlent au-delà des mots.

    Saint Benoît n’a pas codifié un règlement auquel il conviendrait de s’attacher par une étroite observance, il a simplement indiqué des repères pour une vie qui est celle des obéissants. Une constante s’en dégage qui décèle l’attitude profonde du moine dans l’unité de ses rapports avec Dieu, avec son abbé et avec ses frères.

    C’est dans cette ligne de pensée que nous avons pris quelques libertés à l’égard du texte littéral de la Règle. Certains détails concrets, en effet, concernant des usages tombés en désuétude, bien des expressions ne trouvent plus guère d’audience aujourd’hui, mais cependant leur signification quant à l’homme intérieur reste toujours valable. On nous pardonnera donc, nous l’espérons, d’avoir cherché davantage à mettre en lumière l’événement charismatique qui transparaît dans la Règle, plutôt que son aspect institutionnel. Il ne s’agit pas de refaire aujourd’hui l’expérience de Benoît, mais d’en saisir le dynamisme

  • Pauvre pour les pauvres

    Ce livre du Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, est consacré à la pauvreté comme réalité intimement liée à la mission de libération et d’évangélisation de l’Eglise.
    L’auteur propose d’aborder ce thème de la pauvreté en dehors de toute approche idéologique et en montrant combien il est en lien avec les enseignements de l’Evangile et de la Doctrine sociale de l’Eglise : la caractéristique de tout chrétien est de vivre en reconnaissant la solidarité fondamentale qui lie tout homme, indépendamment des différences économiques, sociales, spirituelles ou physiques.

    Dans une très longue préface, le pape FRANCOIS, - après avoir exposé ses convictions sur le sujet et remercié le cardinal Müller pour sa contribution , - s’adresse aux lecteurs : « Je suis sûr que chacun d’entre vous, après avoir lu ces pages se laissera toucher au coeur et sentira les exigences d’une vie renouvelée. Eh bien sachez, amis lecteurs que sur ce chemin exigent, je suis avec vous comme un frère et un compagnon de route sincère.

    Postafce de Gustavo Gutiérerrez

  • LA CHARITE PASTORALE

    « On reconnaît un bon prêtre à sa façon d’oindre son peuple ; c’est une preuve claire. Quand nos fidèles reçoivent une huile de joie, on s’en rend compte : lorsqu’ils sortent de la messe, par exemple, avec le visage de ceux qui ont reçu une bonne nouvelle. [...] Ce que j’entends souligner, c’est que nous avons toujours à raviver la grâce et discerner en chaque demande, parfois inopportune, parfois seulement matérielle ou même banale, le désir de nos fidèles de recevoir l’onction par l’huile parfumée car ils savent que nous la détenons. Deviner et ressentir, à la manière du Seigneur, l’angoisse pleine d’espérance de la femme hémorroïsse lorsqu’elle toucha le bord de son manteau.
    Le prêtre qui sort peu de lui-même, qui oint avec parcimonie, perd le meilleur de notre peuple, ce qui est capable d’allumer le plus profond de son cœur de prêtre. De là provient précisément cette insatisfaction chez certains qui finissent par être tristes, des prêtres tristes, et convertis en collectionneurs d’antiquités ou de nouveautés au lieu d’être des pasteurs pénétrés de “l’odeur de leurs brebis” - cela je vous le demande : soyez des pasteurs avec “l’odeur de leurs brebis”, que celle-ci se sente. » Homélie du Pape François, Messe chrismale 2013. Dans la ligne de l’exhortation apostolique de Jean-Paul II Pastores dabo vobis qui date de plus de trente ans (25 mars 1992), nous ne cessons d’approfondir cette dimension de la charité pastorale dans notre vie et notre ministère de prêtres.
    Le colloque proposé par la Société Jean-Marie Vianney et le Sanctuaire d’Ars présente un état des lieux et une réflexion d’ensemble sur cette notion si centrale pour comprendre de l’intérieur le mystère de cette onction pour le peuple reçue à l’ordination, qui ne cesse de croître si elle s’accompagne d’un don sans retour à la suite du Christ, Unique Bon Pasteur.

  • L'Ecriture âme de la théologie

    Le but de l’ouvrage est de montrer comment Albert Chapelle en arrive à proposer une théologie dont l’Écriture est l’âme. Elle prend en compte la résistance quant à l’accueil d’une telle théologie, présente la pensée de l’auteur en affrontant ce que peut lui objecter la culture moderne et postmoderne et cherche à rendre plus accessible un auteur dont la lecture est souvent ardue.

    Il s'agit de saisir comment une telle architecture de la théologie n’est pas une exégèse purement subjective, une « exégèse spirituelle » au sens péjoratif que certains donnent à l’expression. L’angle d’approche est donc celui de la subjectivité et de sa rationalité afin de comprendre pas-à-pas la pertinence d’une théologie fondée sur les quatre sens de l’Écriture.

    En puisant abondamment dans les écrits inédits des archives, on percevra mieux l’articulation philosophique et théologique, l’organicité de cette pensée qui se reçoit d'une expérience spirituelle.

  • Sortez à la recherche des cœurs !

    Chers jeunes, allez donc ! De toutes les nations faites des disciples (Mt 28,19). Dans la dynamique de cette exhortation missionnaire, le futur pape François, le cardinal Jorge Mario Bergolio s’adressait avec confiance aux jeunes qui doutent profondément que la vie soit un don, qui ne voient pas clairement quel est leur chemin, comme à ceux qui se demandent ce qu’ils peuvent faire : l’homme qui oublie Dieu perd l’espérance et est incapable d’aimer ses semblables. C’est pour cela qu’il est urgent de témoigner de la présence de Dieu, pour que chacun puisse en faire l’expérience.
    Des prises de parole pleines d’espoir et de confiance en la jeunesse. Des appels à aller de l’avant. Des mots et des images simples qui vont à rebrousse poil et droit au cœur.

  • L'Enfer de Dante

    De la Divine Comédie de Dante on connaît surtout l’Enfer, redécouvert, lu et commenté par les Romantiques qui ont rendu célèbres certains personnages ou épisodes semblant résumer à eux seuls l’intérêt de ses trente quatre chants. Qui n’a vu au musée Rodin le baiser de Francesca et Paolo ou Ugolin mordant ses mains de douleur dans la tour de la faim ? Qui n’a admiré au Louvre le tableau de Delacroix représentant Dante et Virgile traversant le Styx ? Pour beaucoup de lecteurs cultivés, ce lieu terrifiant ressemble aussi aux illustrations de Gustave Doré abondamment reproduites…
    Comment inviter à une véritable lecture, à neuf, de l’Enfer de Dante ?
    Le poète lui-même nous donne une solution lorsque, dès les deux premiers chants de la Divine Comédie, il annonce le récit d’une sorte de pèlerinage qui le conduira dans l’au-delà de la mort, jusqu’à sa bien-aimée Béatrice et à la vision de Dieu. Celui-ci comportera trois étapes tout aussi essentielles ; en effet, l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis forment un tout, comme une longue traversée, et aucune des étapes du voyage ne se comprend sans les autres. Cela veut dire qu’on doit lire l’Enfer dans la perspective d’une démarche de salut.
    Qui dit salut dit risque et péril ; et donc la première épreuve que le poète sera appelé à affronter est celle du discernement, de la mise en lumière, fût-elle terrible comme celle des flammes, de ce qui peut conduire un être humain à sa perte, selon qu’il use bien ou mal de sa liberté.

  • Russie - Ukraine. De la guerre à la paix ?

    Depuis le 21 novembre 2013 les événements s’enchaînent en ex-URSS à une vitesse et dans des proportions telles qu’ils menacent aujourd’hui le monde d’une nouvelle guerre froide. L’Ukraine s’est dans un premier temps révoltée contre un Etat corrompu et manipulé par la Russie au nom de son attachement à la civilisation européenne et aux valeurs de justice et de dignité. La Russie, se sentant menacée, a réagi en déclenchant une guerre de l’information sans précédent, en annexant la Crimée et en déstabilisant l’Ukraine orientale. Une grande confusion règne au sein de l’opinion publique européenne. Quels sont, à la lumière de la mythologie politique, les vrais enjeux du conflit entre la Russie et l’Ukraine ? Quelles en sont les causes profondes ? Quelles conséquences cette guerre pourrait entraîner pour l’Europe et pour le monde ? Et surtout, comment retrouver le chemin de la paix ?

    Le premier livre sur l'état des relations Russie-Ukraine-Europe depuis les événements de novembre 2013. Par un spécialiste de la région qui a vécu vingt ans entre la Russie et l'Ukraine.

  • Les printemps arabes

    Au cœur des sociétés musulmanes, le religieux, parce qu'il n'est pas indépendant de la société dans laquelle il vit, évolue en relation avec les changements sociaux et politiques. Spécialiste du Moyen-Orient, Jacques Huntzinger montre à quel point les révolutions en cours ont mis sur le devant de la scène la réalité d'une modernisation culturelle des sociétés arabes. Symbole d'une évolution irrépressible, la place Tahrir a projeté sur le devant de la scène des acteurs sociaux issus des milieux urbains, jeunes et éduqués, sécularisés, musulmans et chrétiens, hommes et femmes mélangés, porteurs de revendications démocratiques de nature laïque, distinctes des revendications portées par les mouvements islamistes. Une remarquable analyse avec désormais le recul nécessaire à une compréhension approfondie des événements. Une lecture renouvelée, passionnante, de la nouvelle complexité nouée depuis plusieurs décennies entre le religieux, le sociétal et le politique au sud de la Méditerranée.

  • Théologie de la chair

    Qu’arrive-t-il lorsque nous prenons le corps comme vrai support de notre réflexion théologique, comme le "lieu théologique" par excellence, l'endroit choisi par Dieu pour se révéler en plénitude à l'homme ? Quelle manière d’entendre le monde, la personne humaine et Dieu résulte de cette perspective ? Comment cette vision peut-elle orienter nos pas en ce moment culturel ?
    « Un choix, heureux et fécond, encore plus important aujourd’hui où le corps est tout autant exalté que menacé dans sa véritable identité. […] Paradoxalement, ce qui dans les années soixante du siècle dernier avait commencé comme une libération du corps, menace de se transformer […] en un processus par lequel nous nous libérons de notre propre corps. L’Église, habituellement accusée d’être ennemie du corps, finit par devenir son plus puissant allié. Rien, en effet, n’est plus éloigné du Dieu des chrétiens et du Dieu de la Bible qu’une religiosité vaguement spirituelle et abstraite, qui ne prend pas au sérieux le moyen de l’incarnation par lequel la Trinité a voulu se communiquer à nous en Jésus-Christ ». Cardinal Angelo Scola.

  • Esprit ouvert, cœur croyant

    Cet ouvrage rassemble des textes écrits par le Cardinal Bergoglio avant son élection pontificale, ils témoignent d’une spiritualité dense et d’une longue expérience de prêtre et pasteur qui en font un véritable témoignage.
    Aller à la rencontre de Jésus à travers la Parole en suivant la méthode ignatienne, aimer l’Eglise en ces temps de nouvelle évangélisation, conscients de sa grandeur mais aussi ses faiblesses, approfondir notre vie de prière à partir de nos réalités de vie concrètes : tels sont les points d'appui de cet ouvrage.
    Dans un langage simple, ces pages  nous offrent le fruit d’un long cheminement spirituel dont la clarté et la simplicité permettent de saisir toute la profondeur.

  • Carlo Maria Martini. Le silence de la parole

    « Te sens-tu de m’accompagner jusqu’à la mort ? » La question du Cardinal Martini, assailli par la maladie de Parkinson, au jeune prêtre Don Damien Modena était tout à fait inattendue. La réponse fut cependant immédiate : « Si vous pensez que je suis la bonne personne, oui, Père, même au-delà ».
    Présence discrète et irremplacable aux côtés de celui qui refusait d’être un poids pour son entourage bien que sa maladie ait fini par le conduire à la paralysie. Don Damien devient petit à petit et littéralement la voix du Cardinal pour que ses chuchotements presque inaudibles puissent atteindre le cœur de son auditoire. Pour que celui qui a toujours été à l’écoute de la souffrance la plus cachée dans l’autre, oubliant la sienne, puisse continuer à apporter le réconfort. Des moments intimes et inédits. Le cardinal Martini est un homme humble, aimant la vie, capable de suivre Dieu sur des sentiers imprévus.
    Damien Modena est professeur de bioéthique à l'Institut de Sciences religieuses du diocèse.

  • L’histoire savante devant le fait chrétien

    L’histoire savante telle que nous la pratiquons aujourd'hui, avec ses exigences rigoureuses et son infinie curiosité, est le fruit d’une longue histoire (Homère, Hérodote, Thucydide), mais une invention récente. Renan la tenait encore pour « une petite science conjecturale ». Elle s’est hissée depuis lors au niveau des « sciences historiques » avec leurs grands congrès internationaux. 
    Mais si elle s’est imposée comme une exigence et une dimension de notre culture contemporaine, elle a cessé d’être une évidence, légitimée par son positivisme et son objectivité. Le « fait en soi », c’est un peu le noumène selon Kant. En réalité, il n’existe de fait historique que vérifié et établi, c'est-à-dire construit, dans les limites de la simple raison. 
    Si telle est la situation, quelle peut être la position du fait religieux – et plus particulièrement chrétien – dont la source et la nature sont non l’observation, mais la révélation ? Est-il possible de continuer à écrire l’histoire de l'Eglise, l’histoire du christianisme, l’histoire des religions comme on peut le faire d’un objet naturel ? La théologie s’est longtemps présentée comme la « reine des sciences » : elle n’est plus qu’une reine déchue dans le champ des savoirs. Quelle place lui reste-t-il dans notre société et notre culture laïques ?

  • Juifs et chrétiens, pour approfondir le dialogue

    Après un premier volume (Juifs et Chrétiens, pourquoi nous rencontrer ?), ce deuxième titre s'attache au dialogue judéo-chrétien en lui-même et sur ses résultats actuels.
    On trouvera d'abord trois articles d’un juif, d’un protestant et d’un catholique, qui mettent en évidence la nature de la différence entre Israël et l’Église, entre le judaïsme et le christianisme. La deuxième partie regroupe alors des articles de chrétiens qui cherchent à préciser ce que serait la vision authentique que l’Église devrait avoir du Peuple juif, tandis que la troisième reprend une série d’articles d’auteurs juifs qui, compte tenu du travail de clarification opéré par les Églises, s’interrogent sur ce que devrait être une théologie juive du christianisme. La quatrième partie propose une série d’articles de catholiques et de protestants sur le nouveau regard des Églises sur les juifs et le judaïsme.

    Professeur Armand ABÉCASSIS, Grand Rabbin Gilles Bernheim, Père Dominique Cerbelaud, Olivier Clément, Père Jean Dujardin, Rabbin Philippe Haddad, Frère Pierre Lenhardt, Jacob Neusner, Peter Ochs, Mgr John M. Oesterreicher, Rvd James Parkes, Professeur Elisabeth Parmentier, Père John T. Pawlikowski, David Sandmel, Rvd Jacobus Schoneveld.

  • La pensée juive

    La pensée juive

    Danielle Cohen-Levinas

    Cours, colloques, conférences

     
    Chrétiens, à l'écoute de la tradition d'Israël

    Chrétiens, à l'écoute de la tradition d'Israël

    Références

     
    Du bon sens en éducation

    Du bon sens en éducation

    Patrick Chauvet

    Documents

     
  • La Fraternité Moria

    La Fraternité Moria

    RECITS / TEMOINS

     
    Sur les pas du Christ

    Sur les pas du Christ

    Albert-Marie de Monléon

    Documents

     
    Exigence et passion

    Exigence et passion

    Pape François

     
  • L'homme, personne corporelle

    L'homme, personne corporelle

    Marie de l'Assomption

    Bibliothèque de la Revue Thomiste

     
    MELANGES CARMELITAINS 19

    MELANGES CARMELITAINS 19

    Mélanges carmélitains

     
    Les laïcs prennent la parole

    Les laïcs prennent la parole

    Centre Histoire et Théologie de l’Institut Catholique de Toulouse

    Institut Catholique de Toulouse (I.C.T.)

     
  • La résistance chrétienne au nazisme

    La résistance chrétienne au nazisme

    Carnets saisonniers

     
    Lettres aux Eglises de l'Apocalypse

    Lettres aux Eglises de l'Apocalypse

    Alain-Marie de Lassus

    Divers

     
    La laïcité à l'hôpital

    La laïcité à l'hôpital

    Christian Delahaye

    Documents

     
Une idée concrète pour soutenir les chrétiens d'Irak
Imprimons en noir pour redonner des couleurs aux chrétiens d'Irak.
Une idée concrète pour soutenir les chrétiens d'Irak
LETTRE D'INFORMATION
Inscrivez-vous maintenant pour suivre notre actualité toute l'année.
LETTRE D'INFORMATION
Collège des Bernardins
Formation, conférences, débats, recherche, jeune public : découvrez l'actualité du Collège.
Collège des Bernardins
Le pouvoir de la grâce
Pour mieux comprendre le regard de l'Eglise sur le mariage, un petit livre simple et clair du Cardinal Gerhald Ludwig Müller.
Le pouvoir de la grâce
Le silence de la parole
Le bouleversant témoignage de "l'ange gardien" du cardinal Martini.
Le silence de la parole
Découvrez la collection du Studium Notre-Dame de Vie…
…à l'occasion de la sortie de l'ouvrage Théologie de la chair.
Découvrez la collection du Studium Notre-Dame de Vie…
Penser l'Europe
Un  livre d'Antoine Guggenheim pour reprendre le chemin d'une réflexion sur l'Europe.
Penser l'Europe
Fin de vie. Une place pour le débat ?
Un ouvrage essentiel pour comprendre les enjeux.
Fin de vie. Une place pour le débat ?
Jacques Gauthier sera en France
du 28 septembre au 10 octobre.
Jacques Gauthier sera en France
L'aventure des Douze continue
La pensée juive
Exigence et passion
Lettres aux Eglises de l'Apocalypse
Les laïcs prennent la parole
Keith BEAUMONT
Collège des Bernardins (Paris 2008-...) Pierre-Marie Delfieux Antoine ARJAKOVSKY Jacques Arènes Isabelle MOULIN
Fabrice Hadjadj Michel Quesnel KAROL WOJTYLA Jean-Paul II André Chouraqui Antoine de ROMANET